Ça suffit! Nous ne nous laissons pas faire! Ensemble nous sommes plus fort.e.s!

 

Ce 8 juin se tiendra un Comité technique où figure à l’ordre du jour des points se référant à nos emplois, nos salaires et l’état du dialogue social.
Une fois de plus, l’exécutif fait la sourde oreille et tente de continuer son petit train-train de déconstruction et de déstabilisation. La CGT ne l’entend pas ainsi !
Il règne dans notre collectivité un niveau de violence inimaginable : sanctions, mépris, déstabilisations, perte de repères et de sens, surcharge, dévalorisation, attitude autoritaire, manque de consigne ou au contraire surcharge de consignes, organisation de la mise en concurrence des agents, fragilisation des contractuels….
Le quotidien des agents devient progressivement un enfer. Avec tout ce que cela induit, souffrance sur le lieu de travail, non motivation, peur, angoisse, stress…
Rien n’est inéluctable ! La CGT appelle tous les agents à faire grève et à se regrouper afin de porter ensemble leur volonté de changement.
Non nous ne sommes pas des pions. Nous entendons être traités dignement. Regroupons-nous pour nous faire entendre !

Dialogue social

La CGT ne tire pas les mêmes conclusions que l’exécutif. Le nombre d’heures en réunion n’établit pas la qualité du dialogue social. Quand la CGT s’oppose aux politiques de régressions sociales dans la collectivité ce n’est pas parce que nous n’avons pas compris. C’est parce que nous ne sommes pas d’accord. Nous rappelons que la CGT n’est pas là pour négocier des mesures qui seront néfastes aux agents, à leur rémunération, à leurs conditions de travail et à la qualité du service public.
La CGT revendique que la parole des agents et de leurs représentants syndicaux soit prise en compte. La CGT demande que cesse le recours permanent à des cabinets d’audits extérieurs (à des prix prohibitifs) : les meilleurs experts pour juger des nécessaires réformes pour rendre le service public sont les agents eux-mêmes !
La CGT dénonce également le traitement inégal des informations et rappelle que les organisations syndicales ne sont pas là pour faire le travail des agents de la DRH.
La CGT exige que les moyens soient mis tout particulièrement dans les services de la DRH pour que les agents puissent effectuer leurs missions dans des conditions optimum et ne soient pas constamment sous pression. Le niveau social d’une collectivité se juge sur la qualité de vie au sein d’une DRH. Il est nécessaire et urgent que les postes vacants soient pourvus, que les remplacements aient lieu et que des postes soient crées !

L’emploi

La situation de l’emploi au sein de notre institution est catastrophique. Le pesage des postes dans les services est une fumisterie, tout comme les conclusions du BRDE dans les lycées. Audits, rapports, analyses, ne sont conduits que dans un seul but : compresser les budgets c’est à dire réduire le nombre de personnels.
Au CT est présenté un document expliquant qu’il y a 143 ETP en trop sur les lycées !! Quand on connaît la surcharge de travail existante, les maladies professionnelles en découlant, il est indécent de lire cela. Dans les services, il en va de même, la GPEEC sert de prête-nom à la réduction des emplois, comme le pesage des postes.
Pour la CGT, il faut changer la manière de penser : l’objectif de la planification des effectifs ne doit pas être comment continuer de travailler à moins nombreux mais bien cibler les besoins du service public et prévoir le développement et la formation nécessaire pour que la fonction publique continue de s’adapter comme elle l’a toujours fait au fil des années.
La CGT revendique la création de postes, la remise en fonction des ETR dans les services et la création d’une ETR pour les lycées
La CGT exige que le traitement indigne des contractuels cesse ! Stop à la multiplication des petits contrats, à la peur qui réside avant chaque fin de contrat, au manque d’information. Relançons un plan de titularisation !

Le temps de travail et l’organisation du travail

Tout en continuant à nous battre (en attente que la justice se prononce) pour réduire le temps de travail, la CGT exige que les agents des services puissent poser leurs jours de congés et d’ARTT ! Les refus « pour obligation de service » ne sont que le produit du manque d’effectif ! En ce qui concerne les personnels des accueils de nos bâtiments, des négociations avec les organisations syndicales doivent s’ouvrir sur l’aménagement du temps de travail (brigade, décompte du temps de déshabillage…). Pour les agents des lycées, la CGT sera vigilante et prête à se battre pour que le cadre d’emploi des  ARL ne soit pas explosé. La CGT rappelle que les ARL sont partie prenant des équipes pédagogiques des EPLE, que leurs missions sont liées au bien être de la communauté éducative. Leur temps de travail découle de leurs missions !

Carriere – régime indemnitaire – Critérisation

La CGT continue de revendiquer une hausse massive du point d’indice, seul garantie de l’égalité de notre traitement. Concernant la critérisation des avancements et promotion, la CGT s’est battue contre les critères non objectifs présentés par l’exécutif. L’avancement dans notre collectivité est aujourd’hui totalement entre les mains de la hiérarchie et fait peser sur les agents une pression inacceptable. Notre pouvoir d’achat ne doit pas dépendre du bon vouloir de quelques uns ! Concernant les mobilités, la CGT exige que l’on revienne aux règles de transparence et que cesse immédiatement les fléchages de postes et les petits arrangements.

Communiqué de la CGT Fonction publique

télécharger le tract en PDF

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *